Votre site se refait une beauté. Merci de votre patience
PrésentationChantElevageMaladiesAstucesCommencer le Harz 
L'ELEVAGE
 
Beaucoup d'amateurs prennent plaisir à élever le canari du Harz sans se soucier de présenter leur progéniture dans les concours. Cet élevage leur donnera beaucoup de satisfaction car cette espèce est souvent très familière et aime la proximité de l'homme bien qu'évidemment.
Seule la confrontation des issus d'un élevage au standard peut assurer la pérennité de la race.
 
NOURRITURE:
En dehors de la période de concours, un mélange de graines très varié sera bien accepté. Il devra approcher les proportions suivantes:
40% d'alpiste
8% de gruau d'avoine
35% de navette
4% de lin
5% de niger
8% de graines de santé
Pour la santé de l'oiseau et la qualité de son chant, les graines doivent être exemptes de poussières ou d'impuretés.
Vous pouvez donner une fois par semaine un petit carré de salade et un petit morceau de pomme. Il est recommandé également d'ajouter une petite cuillerée à café de pâtée une fois ou deux par semaine, selon la température de la pièce d'élevage. Il sera bon d'ajouter à l'eau de boisson quelques gouttes d'un complexe vitaminé (dosage sur la notice).
 
REPRODUCTION :
 
PREPARATION.
La période de reproduction, comme pour les autres canaris, va de mars à juillet. Elle est consécutive à l'allongement du jour et de la température qui ne doit pas descendre en dessous de 13°.
Le couple sera placé dans une cage dont les dimensions minimales sont de : L 50cm, H 30cm, P 30cm.
Une séparation à claire-voie aidera beaucoup l'éleveur à apprendre la vie commune aux partenaires choisis pour l'accouplement, en évitant les bagarres, et sera d'un grand secours avant le sevrage si la femelle essaie d'arracher les plumes de ses jeunes pour refaire un nid (picage).
 
ACCOUPLEMENT.
En février ou en mars, la pâtée sera donnée tous les deux jours pour activer la préparation et un apport en vitamines "E" sera bon pour assurer la fécondité des oeufs.
A ce moment, un nid extérieur facilitant les contrôles, sera accroché à une ouverture. Au bout de quelques jours la femelle garnira le nid avec des matériaux mis à sa disposition ; il est temps d'enlever la séparation. La femelle sera sensible aux avances de son compagnon et acceptera d'être fécondée.
 
PONTE.
Encore quelques jours de patience et la ponte va débuter. Elle est en général de quatre ou cinq oeufs qui se suivent à un jour d'intervalle.
Si l'on veut éviter les éclosions espacées, la femelle commençant à couver après le 3e oeuf, il faut retirer l'oeuf nouvellement pondu chaque jour et le remplacer par un factice. Les oeufs sont placés verticalement en attente sur une couche de graines d'alpiste.
La ponte terminée (le dernier oeuf est de couleur bleue plus intense), les oeufs sont remis dans le nid. (Le dernier oeuf sur la photo est le deuxième le plus à droite)
 

COUVEE.
Pendant les treize jours de couvée, la pâtée et toutes les gourmandises qui inciteraient la femelle à quitter le nid
sont supprimées. La nourriture se limite au mélange de graines et à l'eau de boisson.
Les femelles doivent bénéficier d'un maximum de calme et de tranquillité. 
 



ECLOSION.
Le 14ème jour, parfois avec un ou deux jours de retard, vous pouvez vous en rendre compte aux coquilles vides qui jonchent le fond de la cage.
 
ELEVAGE DES OISILLONS
La pâtée sera de nouveau distribuée chaque jour ainsi que le mélange de graines, l'eau de boisson et les vitamines. On pourra renforcer l'alimentation en ajoutant quelques graines de gruau d'avoine et de chènevis (seulement quand les parents nourrissent leurs jeunes au nid).
Au bout de dix-huit jours, les jeunes bien emplumés se hasardent sur le bord du nid. Bientôt, vous les trouverez sur les perchoirs.
La femelle va alors manifester le désir d'entreprendre une nouvelle couvée. Il faut lui fournir un nid et des matériaux propres nécessaires à la construction d'un nouveau nid.
 
SEVRAGE.
A partir du 3ème oeuf de sa nouvelle ponte, la femelle cesse d'alimenter la nichée précédente. Si le mâle est resté avec la femelle, il continuera à nourrir les jeunes. Ces derniers commencent à chercher leur nourriture vers le 24ème jour. Il faut alors leur fournir de la pâtée, des graines moulues, des graines tendres, un peu de pomme.
Vers 28 jours, les jeunes peuvent être sevrés. Les parents vont se préparer à élever une autre nichée. Il est à noter que deux couvées (à la rigueur trois) suffisent. Aller au-delà épuiserait les reproducteurs et conduirait à une dégénérescence des jeunes.
Lien vers la rubrique
 
LA MUE.
Fin juillet, début août, la mue va commencer. Les adultes vont renouveler complètement leur plumage. La mue affaiblit les oiseaux qui ont besoin pendant cette période d'une nourriture reconstituante, de vitamines et de minéraux. Les mâles cessent souvent de chanter pendant cette période. 

Club Technique Français du canari de chant HARZ - CTFH